365352 ランダム
 HOME | DIARY | PROFILE 【フォローする】 【ログイン】

A plus tard ! フランス生活日記

シンデレラ

Il etait une fois une petite fille qui allait pleurer chaque jour surla tombe de sa maman.Elle s'appliquait,jour apres jour,a etre gentille comme sa mere le lui avait demande avant de mourir.
Elle vivait avec son pere.Les oiseaux etaient ses seuls amis;ils l'accompagnaient en chantant partout ou elle allait.
Un jour,le pere se remaria avec une femme qui avait deux filles,aussi pretentieuses,meprisantes et laides que leur mere.Toutes les trois ne pouvaient supporter la bonte et surtout la beaute de la jeune enfant.
Alors,elles l'obligerent a se vetir miserablement et a faire les travaux les plus desagreables de la maison.La pauvre enfant souffrait en silence,elle n'osait se plaindre a son pere.
Lorsque la petite avait fini ses corvees,elle allait s'asseoir pres du feu,presque dans les cendres;c'est pour cette raison que les mechantes soeurs et leur mere l'appelerent Cendrillon.
Malgre sa triste vie,Cendrillon devenait de plus en plus jolie,contrairement a ses deux soeurs qui,elles,restaient disgracieuses.
Il arriva que le fils du roi donna un bal qui devait durer trois jours.Toutes les filles du royaume furent invitees;le prince voulait choisir parmi elles une fiancee.Quand les deux soeurs l'apprirent,elles furent folles de joie.Elles ne pensaient plus qu'aux robes qu'elles mettraient ,qu'aux coiffures qu'elles choisiraient.
Et,bien sur,c'est Cendrillon qui dut repasser tout leur linge,faire briller leurs chaussures,et meme les coiffer;ce qu'elle fit de son mieux et de bon coeur,bien qu'elle brulat d'envie d'aller au bal elle aussi.Apres avoir longtemps hesite,elle demanda la permission a sa belle-mere.
-Toi,au bal!Et pour quelle raison ?Pour cirer le parquet,laver les torchons? se moqua la mechante femme.
Mais Cendrillon insista et supplia tant et si bien que sa belle-mere,avec une leure de mechante malice dans les yeux,lui dit:-Si tu ramasses et tries en deux heures les lentilles que je vais jeter dans la cendre,tu pourras venir avec nous au bal.
Cela etait infaisable.Alors Cendrillon eut l'idee d'appeler ses amis les oiseaux.Elle leur montra les lentilles et leur dit:-Les bonnes dans le petit pot,les autres dans votre jabot!
Comme les oiseaux l'adoraient,ils furent ravis de l'aider.
Ils trierent les lentilles:pic,pic,pic,pic....et en une heure tout etait fini.
Toute heureuse et fiere,Cendrillon alla revoir sa belle-mere,qui lui dit,en cachant son etonnement et son agacement:-Si tu arrives maintenant a trier en une heure deux pots de lentilles que je vais jeter dans la cendre,tu pourras venir avec nous au bal.
Nullement decouragee,Cendrillon appela une nouvelle fois ses amis du jardin et leur dit:-Les bonnes dans le petit pot,les autres dans votre jabot!
Et pic,pic,pic,pic..en moins d'une heure,tout fut fini.
Toute heureuse et fiere,Cendrillon retourna voir sa belle-mere;celle-ci cacha encore une fois son etonnement et,a court d'idee,lui dit:
-Tout cela ne sert a rien,tu n'as pas de robe a te mettre.Lorsque les trois mechantes femmes partirent pour le bal,Cendrillon s'effondra en larmes.Elle sanglotait encore quand,dans un tourbillon de poussiere d'etoiles,une fee apparut:c'etait sa marraine.
-Tu voudrais bien y aller aussi,n'est-ce pas ?lui dit-elle.
-Helas,oui,dit Cendrillon dans un sanglot.
-Essuie tes jolis yeux ma belle,je t'y ferai aller.Va dans le jardin et rapporte-moi une citrouille,dit la marraine.
Cendrillon alla cueilliy la plus belle citrouille qu'elle put trouver et l'apporta a sa marraine,tout en se demandant comment une citrouille pourrait bien la faire aller au bal.La fee creusa la citrouille et lorsqu'il ne resta plus que la peau,elle la toucha de sa baguette magique;la citrouille fut aussitot changee en une carrosse dore.
Puis la marraine alla voir dans la souriciere,trouva six souris,les toucha de sa baguette,et elles se transformerent en six magnifiques chevaux qui allerent se placer d'eux-memes devant la carrosse.
Puis,la fee changea un rat moustachu en une superbe cocher,st six lezards en six laquais.
Pour terminer,elle caressa Cendrillon de sa baguette magique;ses vieux vetement sales furent aussitot remplaces par une robe brodee d'or et d'argent.Cendrillon regarda ses pieds:ses pauvres sabots etaient devenues de jolies petites pantoufles de vair.
Devant tant de splendeur,une grande emotion deborda de son coeur et monta jusqu'a ses yeux.
La marraine dit en riant:
-Oh non!ce n'est pas le moment de pleurer,mais celui d'y aller.
Cendrillon monta dans le carrosse comme sur un nuage;sa marraine lui dit alors:-Prends garde!Tu dois etre rentree avant le douzieme coup de minuit.Apres,l'enchantement cessera;le carosse se changera en citrouille,les laquais en lezards,les chevaux en souris,le cocher en rat et tes beaux habits redeviendront ce qu'ils etaient.
Cendrillon l'embrassa,la remercia de tout son coeur et promit de rentrer avant minuit,et le carrosse partit.
Loraque Cendrillon entra dans la salle de bal,ungrand silence se fit.On cessa de parler,on cessa de danser,les violons s'arreterent de jouer.Chacun admirait la grande beaute de cette mysterieuse inconnue.
On n'entendait qu'un murmure confus:
-Ah!Mais qu'elle est belle! ...Mais qui est-elle?..
Le jeuneprine s'approcha de Cendrillon ,lui prit la main avec beaucoup de respect et l'invita a danser.Les soeurs de Cendrillon qui ne l'avaient ,bien sur ,pas reconnue,l'adimiraient,bouche bee.
Le prince ne la quitta pas non plus des yeux de toute la soiree.Soudain,Cendrillon entendit minuit moins le quart sonner.Elle fit une reverence a toute la compagnie et s'enfuit le plus vite qu'elle put.
Des qu'elle fut arrivee a la maison,elle remercia sa marraine et lui dit qu'elle aimerait bien retrouner au bal le lendemain,car le prince l'en avait priee.La bonne fee hocha la tete d'un air entendu et,dans une poussiere d'etoiles,elle disparut.
Peu de temps apres,les soeurs et leur mere rentrerent du bal.-Ah!si tu etais venue,tu aurais vu une princesse inconnue d'une beaute et d'une grace sans pareilles.Le prince n'a danse qu'avec elle.Cendrillon cacha un sourire et ne revela rien de sa soirees,bien sur.Le lendemain soir les deux soeurs et leur mere partirent au bal.
Peu apres,la fee apparut.Comme la veille,Cendrillon vit une grosse citrouille se transformer en carrosse,les souris en chevaux,le rat en cocher,les lezards en laquais;ses pauvres habits devinrent une merveilleuse robe et ses sabots de jolies petites pantoufles de verre.Elle partit pour le bal,le prince ne voulut danser qu'avec elle.Lorsqu'elle entendit sonner minuit moins le quart,elle fit une reverence et rentra.Les soeurs ne se douterent de rien,comme la veille.
La troisieme soir,la robe de Cendrillon etait encore plus belle.Avant de partir,Cendrillon promit a la fee de rentrer avant minuit.Le prince l'attendait avec impatience,et ils resterent ensemble toute la soiree.
Quand ils ne dansaient pas,le prince parlait et plus il parlait,plus Cendrillon suriait.
La jeune fille etourdie de bonheure n'entendit pas les huit premiers coups de minuit sonner.Au neuvieme,elle reagit et s'enfuit si vite que le prince ne put la rattraper.
Dans sa precipitation,Cendrillon perdit,sur les marches du grand escalier,une pantoufle.Le prince la ramassa et la serra sur son coeur.
Cendrillon revint a la maison tout essouffllees,dans ses pauvres habits,sans carrosse,sans laquais.Il ne lui restait plus rien de toute sa splendeur,sinon une de ses petites pantoufles.Elle la cacha dans la poche de son miserable tablier.N'etait-elle pas comme un precieux souvenir que sa marraine lui permettait de garder ?
Au meme moment,le prince montrait l'autre petite pantoufle au roi,et dit qu'il epouserait celle dont le pieds pourrait s'y glisser.
-Qui d'autre que ma bien-aimee peut chausser cette merveille?
On commenca pas essayer cette pantoufle a toutes les femmes de la cour,mais inutilement.On alla alors par tout le royaume,chez toutes les jeunes filles en age de se marier.
Les soeurs de Cendrillon se rejouirent,pensant que la pantoufle leur irait peut-etre.Lorsqu'on presenta la pntoufle a l'ainee,celle-ci fit mille contorsions et mille grimaces pour essayer d'y entrer,mais comme toutes les autres,elle ne put y parvenir.
La sotte en etait si vexee que,de rage,elle en pleurait.
La seconde soeur ,plus stupide encore,voyant qu'elle n'arrivait a y glisser que deux orteils,s'enteta tout de meme comme une forcencee.On dut lui arracher la pantoufle des mains.Elle avait envie de griffer tant sa fureur etait demesuree.
On demanda s'il n'y avait pas d'autre fille dans la maison.
-Si,moi!dit alors Cendrillon en s'avancant.
Les soeurs et leur mere poufferent de rire.
-Cendrillon,la souillon!la princesse du bal,c'est impossible!
Mais Cendrillon avanca son pied.On approcha la pantoufle;elle lui allait parfaitement.l'etonnement des soeurs et de leur mere fut si grand que les yeux faillirent leur sortir de la tete,et quand Cendrillon tira de son tablier la deuxieme pantoufle de verre,c'est leur langue qu'elles faillirent avaler.
Elles n'etaient pas encore au bout de leur surprise...
Soudain,un tourbillon de poussiere d'etoiles vint envelopper Cendrillon ,et elles reconnurent alors la princesse du bal;sa robe etait encore plus belle que toutes les autres.
Les soeurs se jeterent aux pieds de Cendrillon pour implorer son pardon,ce qu'elle fit de bon coeur.On mena alors Cendrillon chez le jeune prince qui l'epousa le jour meme.Les oiseaux fideles accompagerent en chantant le cortege des jeunes maries,qui vecurent heureux pendant de longues,longues annees.
fin


Copyright (c) 1997-2019 Rakuten, Inc. All Rights Reserved.